Psychothérapie à Toulouse

toulouse-psychotherapie.com

Psychothérapie à Toulouse

Thérapie individuelle

Elle permet de traiter en profondeur des blessures anciennes de façon à pouvoir redécider et donner ou redonner du sens à son existence, gagner en autonomie et vivre au mieux dans l'Ici et Maintenant et avec son entourage, qu'il soit personnel, relationnel ou professionnel

Fréquence : une fois tous les 15 jours, ou plus souvent en fonction de la demande
La thérapie individuelle vise à traiter un grand nombre de difficultés. Le point commun à toutes ces difficultés est un sensation de mal-être ou de souffrance. Derrière cette sensation, nous pouvons rencontrer :
 
  • Un manque de confiance en soi
  • Un changement de vie important : deuil, changement professionnel, séparation
  • De l'angoisse
  • Un manque d'autonomie
  • L'envie de rien
  • Une dépression
  • Des difficultés au travail : stress, ennui, manque de sens…
  • Un burnout
  • Des difficultés affectives
  • Des difficultés relationnelles
  • Des conflits plus ou moins graves avec son conjoint
  • Des difficultés avec ses enfants ou avec sa famille
  • Etc.
  •  
    Cette sensation de mal-être est fréquemment générée par l'impuissance éprouvée face à des situations ou des évènements que la personne a l'impression de subir.
     
    À cette souffrance, la médecine prescrit, traditionnellement, une réponse médicamenteuse, et/ou un arrêt de travail, qui vise à mettre à distance le symptôme. Cette réponse est souvent nécessaire en temps de crise, mais elle laisse inchangée la position du patient face aux difficultés de la vie et risque de le maintenir dans une position passive.
     
    La thérapie individuelle a pour objectif de résoudre ces difficultés. S'il y a lieu, le ou la thérapeute se mettra en relation avec le corps médical pour apporter une réponse cohérente au besoin de la personne.

    La nécessité d'un espace protecteur

    Nous posons systématiquement un cadre protecteur au commencement du travail thérapeutique. Ce cadre protecteur est indispensable au bon déroulement de la thérapie. 

    Il est composé de différentes règles protectrices, dont l'une des plus importantes est la règle de confidentialité. Nous nous engageons à garantir la confidentialité de toute information amenée par la personne, à commencer par son nom et sa présence en thérapie. La confidentialité est indispensable pour que la personne se sente en sécurité et s'autorise à aborder tous les sujets qui comptent pour elle.

    L'importance de la relation au/à la thérapeute

    La psychothérapie est un processus difficile qui nécessite la participation active de la personne et celle d'un partenaire spécifiquement formé : le, ou la psychothérapeute.
     
    Le, ou la, thérapeute devra éviter de reproduire et d'agir dans la relation ses propres enjeux inconscients au détriment de la bonne marche de la thérapie. Pour cela, il ou elle devra :
  • Avoir l'expérience de la gestion de ses conflits inconscients face aux difficultés existentielles, qui lui sera apportée par sa thérapie personnelle.
  • Une formation professionnelle au cours de laquelle il acquerra et expérimentera le ou les corpus théoriques auxquels il se réfère.
  • Une formation qui perdurera au cours de l'exercice de sa profession lorsqu'il exposera son travail au regard de ses pairs, régulièrement, au cours de temps de supervision de sa pratique.
  •  
    Enfin, il est important que la personne qui débute une thérapie se sente suffisamment tranquille avec le, ou la, thérapeute, afin de pouvoir travailler en profondeur et en confiance sur ce avec quoi elle arrive.

    Quelle nature de travail thérapeutique ?

    La psychothérapie introduit une différence entre ce qui est appelé changement de type 1 et changement de type 2.

    Le choix de la nature du travail thérapeutique appartient à la personne.

    Le changement de type 1, c’est améliorer une situation à l’intérieur du cadre de référence déjà existant. Il s’agit de faire mieux ce que la personne fait déjà.

    Concrètement, le changement de type 1 vise à mieux faire face aux situations au moyen d'outils, de travail à l'aide de la pensée et de travail sur ses comportements. L'histoire ancienne de la personne est peu ou pas évoquée, et ne constitue pas un objet de travail. Le changement obtenu est réel, mais demande une attention continue pour le maintenir.

    Le changement de type 2 permet l’évolution personnelle et l'adaptation à son environnement. Ceci nécessite que le fonctionnement de la personne évolue, que la réalité soit réinterprétée, que de nouveaux apprentissages soient mis en œuvre pour franchir une nouvelle étape. Le changement de type 2 modifie le contexte conceptuel et/ou émotionnel d’une situation, ou le point de vue selon lequel elle est vécue, en la plaçant dans un autre cadre qui correspond aussi bien, ou même mieux, aux faits de cette situation concrète dont le sens, par conséquent, change complètement.  

    Concrètement, le changement de type 2 passe par un travail en profondeur, incluant nécessairement l'histoire ancienne de la personne et du travail thérapeutique dit régressif, ce que nous pouvons résumer par un travail récurrent de déconstruction/reconstruction. A la différence du changement de type 1, le changement est profond, durable, et ne requiert plus une attention continue pour le maintenir. Ce changement passe par des étapes qui peuvent être inconfortables, mais le résultat est nettement plus satisfaisant.

    Combien de temps dure une psychothérapie ?

    Il est impossible de prédire a priori la durée d'une psychothérapie. La durée peut aller de plusieurs semaines à plusieurs années, tout dépend de ce que la personne veut obtenir de sa thérapie.

    C'est pourquoi, nous accompagnons les personnes sur le principe d'une durée d'objectif. C'est-à-dire qu'il est important pour la personne, aidée en cela par le ou la thérapeute au cours des séances, d'élaborer profondément et concrètement ce qu'elle veut obtenir pour elle à l'issue du travail. Cette élaboration, qui est en soi une part du travail thérapeutique, permet de mobiliser les énergies de la personne et de son ou sa thérapeute vers le résultat attendu, et déterminera la fin de la thérapie.